La Libellule

avis des lecteurs

 

Je tenais absolument à vous dire combien je suis enthousiasmé par " La libellule " ! C'est un véritable travail d'écrivain que vous livrez à vos lecteurs ! Merci pour ce rythme, ces phrases aérées et puissantes , ces mots forts, charnus , cette évocation sensorielle ! Cette fraîcheur de la mémoire enfantine , avec l'œil décapant que l'on a à cet âge ! Cet humour corrosif mais empli de finesse.

Je n'ai pas vécu au Maroc , mais en Côte d 'Ivoire , et je retrouve cette puissance des odeurs et de la la chaleur moite ! Vos peintures des gens et de la nature humaine y sont remarquables ! C'est du cinémascope sur le papier ..... avec Dolby stéréo ! Lorsqu'on y compare la fréquente médiocrité d'écriture des prix littéraires , que cela fait du bien de plonger dans vos récits ! C'est d'une autre trempe !

Continuez , de grâce , Corine , à nous régaler de la sorte ! Tôt ou tard, on saura restituer votre trace à sa juste valeur !

Docteur Joyeux


 

 

Ma Corine,

j'ai pleuré en lisant,

j'ai ri avec la caravane et le camping,

je suis époustouflée

Tania Magy qui vous aime famille marocaine

 

(artiste plasticienne)


«Bravo Corine pour cette belle histoire de l’enfance sensible et grave »

Jean-Jacques Lapoirie (artiste plasticien)


Texto 1 :« Merci pour ce livre si riche, chaleureux, sincère, bien écrit, je suis au milieu et pour l’instant j’adore ! Ton livre m’enivre d’enfance et jasmin. »

Texto 2 : » Et un goût de sang aussi »

Laurence Caiazzo (artiste plasticienne)


La libellule ou lorsque l’histoire individuelle se télescope avec l’histoire collective. Les personnages  décrits sans concession, mais avec une grande empathie, se débattent entre deux époques,  deux pays ; témoins bien malgré eux, de la dureté de cette période. C’est aussi un roman d’apprentissage et d’adieu à l’enfance, aux êtres chers, à un pays. Ecrit  sensible  et  émouvant  à mettre entre toutes les mains à partir de 16 ans !

Corinne Batlle (directrice de Médiathèque)


"Coup de foudre littéraire. J'aime beaucoup ce choix de petits moments ou thèmes de vie, où chaque page est une courte nouvelle, chaque paragraphe, même, une histoire.

Souffle comprimé et explosif, émotions par ce regard, mais à fleur de peau, présence des corps, importance du corps, odeurs, sensualité, quête du vivant, quête de beau, mais aussi le beau en chaque être : le regard n'est pas sans mansuétude.

Un style bref entre les virgules, mais des mots choisis pour décrire, variés et originaux, précis comme les détails qui fourmillent autour du regard. Poétique dans l'enchainement. Quelque chose proche de Baudelaire peut-être et parfois, mais moins triste, car la compassion est là."

 

Pascal COCHET (Attaché territorial)


J'ai commencé cette nuit à lire vraiment, pour la première fois, La libellule (100 pages d'une traite). C'est très beau, parfois cruel, drôle et émouvant, marquant, souvent très tendre en fait.

La narratrice serait en fait le versant, ou le verso, la vérité intime, du personnage du père, perçu dans le miroir de l'âme.

J'aime cette revendication explosive, apocalyptique, de féminité, qui affronte, coûte que coûte le masculin comme un outrage, et pourtant le reconnaît.

Tu as su affirmer le féminin, sans ressentiment féministe, en maintenant la réalité tragique et romanesque d'une différence amoureuse irréconciliable.

Même si c'est une autobiographie, ça me paraît une œuvre nécessaire, et bien moins barbante que beaucoup "d'écritures du moi" à la Sarraute ou encore Perec. Félicitations, tu ne l'as pas volée cette publication!

Jérémy BERRIAU (auteur compositeur interprète)


On voudrait déguster à voix haute : les mots roulent doux et épicés comme les premiers émois d’une enfance sous le soleil du Maroc

 

Béatrice Dollé (professeur d’Allemand)


 

... j'ai presque fini ton livre et je le trouve remarquable, sans aucun fayotage. Il y a longtemps qu'un livre ne m'avait fait une telle impression.

 

Brigitte Niquet (écrivain)


 

J’ai commencé à lire La libellule et je dois dire que je suis scotchée ! Je n’avais aucune idée que tu avais ce talent d’écriture, Corine !

 

Anne-Élisabeth Desicy-Friedland (écrivain, directrice de publication de "Nouvelle Donne")

 


Deux mots: Félicitations pour ton talent. Ainsi il apparaît que ton talent ne se limite pas à la maîtrise des couleurs du dessin, des arts plastiques... Mais également dans celui de conter de belles histoires (où la réalité n'est pas nécessairement absente) avec des mots dont on apprécie le choix pour leur pertinence et leur musicalité. Le deuxième mot: Merci pour cette belle histoire qui nous fait découvrir  des régions que nous ne connaissons pas toujours, parfois même au plus profond de nous-mêmes. Merci et Bravo,

Xavier Vezzoli (écrivain)


J'ai kiffé le parfum poudré de tes mots nostalgiques... Merci.

Marie-Rose Melillo (professeur d’anglais)


J’ai lu ton livre avec plaisir et sensualité. Cela m a rappelé ma période passée au Maroc,  j’avais 5 ans. C est bien écrit fleuri et épicé avec l’ambivalence de l’amour familial et la découverte des corps et des émois.

 

Anne Mizreh (psychanalyste)